ILERI et le monde prend une autre dimension

|

Editorial

«Il est deux sortes d’école, celles qui préparent à des carrières et celles qui forgent des destins. L’institut d’études des relations internationales est un lieu où ne se dessinent pas seulement des parcours professionnels d’exception, c’est surtout le lieu où des jeunes gens infléchissent le cours de leur vie : à l’ILERI, ils choisissent de devenir des citoyens engagés du monde.

L’ILERI est un lieu où s’épanouissent depuis 1948 les valeurs d’humanisme, et à ce titre l’Institut dote ses diplômés du viatique le plus précieux : l’obsession du respect des autres et le goût de les fréquenter, de s’allier à eux, de comprendre leur culture, de bâtir avec eux, pour organiser le monde, pour y créer de la richesse, pour y mettre en échec les haines, les combats et les guerres. Et puis, bien sûr, l’ILERI se doit d’avoir le meilleur niveau académique pour munir du savoir le plus sûr celles et ceux qui en partiront et prendront leur part, dans les institutions internationales, dans les entreprises, dans les organisations non gouvernementales, au cours du monde. Son corps professoral prestigieux est le gage incontestable de la qualité des enseignements de l’école.

Au bout du compte, les étudiants de l’ILERI vérifient très vite une particularité de cette maison : on ne la quitte jamais. On la porte en soi tout au long de son existence de femme et d’homme.»

 

CB et HBC Claire BOURGEOISDirectrice
Henry BUZY-CAZAUXAdministrateur – Délégué général

 

L’école du monde

«L’ILERI, c’est l’école du monde.
Comprendre les relations internationales, aux changements si rapides, est devenu indispensable à tout citoyen pour réussir sa vie professionnelle et trouver son épanouissement personnel. En transmettant à leurs étudiants un savoir précieux et les clefs qui leur permettront d’apprendre toute leur vie, les professeurs de l’ILERI leur offrent le meilleur des passeports pour l’avenir.
Les étudiants de l’ILERI sont engagés, ouverts aux autres, à leur culture, à leurs langues. Ce sont des esprits libres, curieux, prêts à affronter tous les défis en s’adaptant à toutes les situations. Je suis très honoré de les aider. Ils peuvent les uns et les autres, compter sur mon soutien et mon engagement.

Jean-Dominique GIULIANIPrésident de l’ILERI et de la Fondation Robert Schuman

Découvrez l'ILERI en 1 minute

Engagement contre le racisme et l'antisémitisme

« Une des missions de l’école est de lutter contre toutes les formes de discrimination et de violences, notamment celles qui se fondent sur l’origine ou l’appartenance religieuse, réelle ou supposée, et de faire acquérir à tous les étudiants le respect de l’égale dignité des êtres humains, de la liberté de conscience et de la laïcité  » (loi du 8 juillet 2013)

A cet effet un référent appartenant au réseau des référents « racisme et antisémitisme » du Ministère de l’Education nationale veille à son application dans notre école.

Contact référente nationale :

Madame Stéphane AKOUN

Cyberviolence

L’Institut Libre d’Etude des Relations Internationales porte une attention particulière aux cas de CYBERVIOLENCE, c’est à dire la publication sur les réseaux sociaux de violences verbales ou d’images violentes, de nature à porter atteinte à la dignité des personnes ou de nature à blesser un (ou plusieurs) de ses élève(s).

La cyberviolence expose son auteur à des poursuites disciplinaires mais aussi pénales lorsque les faits sont constitutifs d’infractions pénales telles que (par exemple) harcèlement, injure, discrimination, incitation à la haine raciale, provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence, injure publique, diffamation et apologie de crime, ….

L’Ecole pourra sanctionner, le cas échéant, dans le cadre d’une procédure disciplinaire tout fait de cyberviolence commis par un de ses élèves, quel que soit le media/réseau utilisé, dans la mesure où elle en a connaissance.  Les sanctions prononcées pourront être, selon la gravité des faits, une sanction symbolique (blâme, avertissement) ou une sanction concrète, pouvant aller jusqu’à l’exclusion pure et simple de l’établissement ou le refus de diplomation.

Selon la nature des faits, la procédure disciplinaire pourra être assortie d’un signalement effectué par l’Ecole auprès des autorités judiciaires.