Campus de Lyon : Simulation de crise pour les étudiants de 5ème année de la spécialisation « Défense, Cybersécurité et Gestion des risques » | ILERI

Actualité

Campus de Lyon : Simulation de crise pour les étudiants de 5ème année de la spécialisation « Défense, Cybersécurité et Gestion des risques »

 

Par Alexandre LAFFON et Gabriel PICARD

Les 9 et 10 juin 2022, ILERI a organisé une simulation de crise s’étalant sur une durée de trente heures sur deux jours et une nuit, pour les étudiants de cinquième année en spécialisation « Défense, Cybersécurité et Gestion des risques ». Lors de cet événement les étudiants étaient encadrés par deux intervenants : Monsieur Thierry Fortin, spécialiste des questions de défense, sécurité et relations internationales et Monsieur le Général Bruno Mignot expert en matière d’intelligence économique, de stratégie d’influence, de sûreté des organisations et de planification opérationnelle.

 

Durant toute la période de la simulation de crise, les participants étaient séparés en deux cellules de crise à huis clos. La spécificité de cet exercice est sa continuité, ne cessant pas la nuit. C’est un aspect qui est quasiment unique en 2022 dans un cadre de formation universitaire en environnement civil.

 

Cette simulation de crise consistait en un jeu de rôle dans lequel les étudiants occupaient des postes ministériels : Ministre de la santé, de l’écologie, des affaires étrangères, de l’intérieur … en étant plongés dans une atmosphère de crise avec des scénarios de conflits diplomatiques, d’attentats et autres attaques potentielles incluant des risques chimiques et biologiques. La gestion du stress était fondamentale. En plus des échanges en langues étrangères parfois inconnues, il s’agissait de trouver des solutions assez rapidement dans un climat anxiogène. Il était ainsi nécessaire de récolter des renseignements, d’échanger, d’anticiper les retombées à l’international, tout en répondant aux attentes des différents acteurs. Alors ils secondèrent d’autres Ministères dans un climat de tension permanent, le moindre faux pas pouvant engendrer de graves conséquences.

 

Avant de débuter la simulation, la plupart des étudiants nous confiaient qu’ils étaient excités, qu’ils avaient hâte de commencer avec toutefois un peu d’appréhension pour certains. Nous les laissons sur le pas de la porte, ils étaient partis pour vivre une expérience enrichissante …

 

Après ces trente heures passées en gestion de crise nous les retrouvons autour d’un apéritif dinatoire. Ils témoignaient être fatigués et éreintés face au rythme soutenu, mais heureux et satisfaits d’avoir terminé. Cette épreuve fut certes fatigante mais intense et finalement satisfaisante. Ils en ont retenu une très bonne expérience où ils ont pu appliquer la théorie et retirer des connaissances pratiques. Le chef d’une cellule nous précisait « dans ce genre de situation ce n’est pas le perfectionnisme mais l’efficacité qui fait la différence. L’efficacité consiste ici à anticiper, prendre des initiatives plutôt que réagir, être actif et coller aux événements ». Un autre étudiant ajoute que cela a constitué une première accroche réelle avec la diplomatie de gestion de crise permettant d’acquérir des automatismes. L’on y acquiert une meilleure connaissance de soi. Cette dernière est primordiale pour faire les meilleurs choix, s’améliorer et constitue une étape incontournable et décisive pour faire face efficacement aux menaces et prendre l’ascendant dans les rapports de force.

 

Ce genre d’exercice nécessite en amont un conditionnement physique et mental, tout comme une épreuve sportive. C’est également un grand travail de coordination d’équipe, dans laquelle chacune des personnes est indispensable dans le rôle qu’elle joue. L’individu s’adapte au groupe pour une meilleure cohésion.

Enfin c’est un exercice qui pourra être judicieusement et utilement mis en avant lors d’un futur entretien d’embauche. Il permettra de se différencier face à d’autres candidats.

 

Publié le 16 juin 2022